Le Forum des Biterrois ! :: la mélée des allblacks
  Le Forum des Biterrois ! Le forum indépendant sur l'asbh et le rugby Biterrois ! 



 Log in to check your private messages 
 FAQ
   Search   Memberlist   Profile         Log in 
 
la mélée des allblacks

 
Post new topic   Reply to topic    Accueil -> Rugby international -> Les équipes nationales
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Le Cambé
Administrateur

Offline

Joined: 04 May 2007
Posts: 24,490
Localisation: Brennus-les-Béziers
Masculin

PostPosted: Thu 28 Jun - 14:39 (2007)    Post subject: la mélée des allblacks Reply with quote

Voici un sujet passionnant déniché sur le site de l'usap !



Arrow cliquez ici !




_________________
.triple vianqueur de la Quiniéla !
.On a bouté Nicollin Hors de Biterre !
.Francis : l'asb retrouvera le top14 en 2011, l'année du centenaire...:)))
.Portes, farces et attrapes...:))
.Bistué:"l'Asbh retrouvera le top 14 dans 5 ans"...:)))
http://webmicha.fr
Back to top
Visit poster’s website MSN
Publicité






PostPosted: Thu 28 Jun - 14:39 (2007)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Peña Chamaco
Modérateur

Offline

Joined: 16 Jun 2007
Posts: 7,562
Localisation: Béziers

PostPosted: Thu 28 Jun - 16:33 (2007)    Post subject: la mélée des allblacks Reply with quote

Intéréssant.
Je continues malgré tout a croire que la mélee française peut rivaliser.
On aura cette fois ci du temps pour se préparer.
La tournée contre les blacks ou a l'autonme a chaque fois on avait que quelques jours pour se préparer.Ce n'est pas possible de bien travailler la mélee.

La mélee française avec des marconnet,milloud,brunoo ou ibanez peut rivaliser surtout si laporte met en seconde lign thion et nallet qui sont des tracteurs.
Aprés il faudra savoir ruser.Hayman et son 1 .93 m peuvent etre perturbés par un pilier avec des appuis trés bas et une faible disatance.
Au mondial les français seront prets dans ce secteur. Wink Cool
_________________
Nicollin : Béziers? Il peut se carrer son rugby là où je pense.
Back to top
le mondial


Offline

Joined: 18 Jun 2007
Posts: 170
Localisation: béziers

PostPosted: Thu 28 Jun - 21:32 (2007)    Post subject: la mélée des allblacks Reply with quote

Quel sujet intéressant !

pour moi, les blacks ont trouvé une technique qui doit etre novatrice; a nous de trouver la parade !
Back to top
Peña Chamaco
Modérateur

Offline

Joined: 16 Jun 2007
Posts: 7,562
Localisation: Béziers

PostPosted: Wed 4 Jul - 10:07 (2007)    Post subject: la mélée des allblacks Reply with quote

Pour mieux comprendre la mélee.

Quote:
PILIER : SYLVAIN MARCONNET

Par Cédric ROUQUETTE
A l'occasion de la Coupe du monde, nous avons demandé à quinze joueurs qui ont fait l'histoire du XV de France de présenter leurs postes et d'en expliquer les intérêts, les spécificités, les évolutions. Sylvain Marconnet, le pilier le plus capé de l'histoire derrière Califano, nous décrit son poste. Où il est question de poussée, et surtout de souffrance.
«A droite, il est là le poste de pilier tel que je l'entends»

«Le pilier est un des postes qui a le plus évolué depuis l'apparition du professionnalisme, mais la base du métier reste la même. Je parle souvent avec de grands anciens comme Garuet, Ondarts, ou d'autres, nous sommes tous d'accord sur l'idée que l'essence du poste est d'avancer en mêlée et de faire souffrir l'adversaire. La technique du pilier ne change pas. C'est le jeu autour qui s'est développé. Il faut désormais davantage se déplacer et plaquer. Mais il ne faut pas tout confondre. Pourquoi a-t-on du mal à trouver de bons piliers en France aujourd'hui ? Peut-être parce qu'on se trompe dans ce qu'on leur demande. On les pousse à travailler des qualités qui ne sont pas fondamentalement celles d'un pilier. Un pilier sera toujours jugé sur sa tenue en mêlée. Un joueur aura beau courir comme aucun autre, il ne jouera jamais s'il se fait cabosser en mêlée. C'est une certitude. Moi, ce qui me plaît, c'est l'essence du poste.

Jouer pilier droit ou pilier gauche nécessite une adaptation technique qui n'est pas forcément évidente. A gauche, on ne pousse que sur un adversaire. A droite, on pousse sur deux joueurs et on subit deux poussées différentes. Le pilier droit est plus ''pris'' dans la mêlée. Il la cale. Il est là, le poste de pilier tel que je l'entends. C'est moins exigeant à gauche, où il y aura en revanche plus de courses. A droite, il faut aimer la mêlée, aimer souffrir et faire souffrir l'autre. Parler de technique m'est difficile. Ça ne dira rien à quelqu'un qui n'a jamais poussé en mêlée. Baisser cette épaule, relever la tête, changer l'appui pour rentrer l'adversaire : ça sonnera creux pour un néophyte. En revanche, si j'en parle avec un pilier, en trois mots, on se sera compris. C'est un langage codé. On ne fait pas de longues phrases, on se comprend rapidement, parfois même sans se parler. Le pilier a la caractéristique d'être discret. L'exposition médiatique, le strass, les paillettes, ce n'est pas notre truc et ça ne me pose aucun problème. On aime souffrir pendant 80 minutes, se retrouver ensemble autour d'un comptoir et ça suffit à notre bonheur. Nous sommes des épicuriens. On aime bien vivre, se mettre autour de bonnes tables et se raconter des histoires.

«Les secondes avant l'impact ont beaucoup d'importance»

«Une fois dans la mêlée, on ressent des poussées, 700 kilos derrière et 800 kilos devant. On reçoit toutes les pressions dans le dos, entre les épaules et les fesses. Nous sommes entraînés pour que ce ne soit pas de la douleur, mais de la sensation. Il faut pouvoir la dépasser. C'est du feeling. On entend le son de gars qui se rentrent dedans, on s'y habitue. On ne sait pas toujours où se trouve le ballon ; on sait surtout vers où on doit avancer. On a tendance à dire que le patron de la mêlée est le talonneur (n°2). La vérité, c'est qu'il est responsable de tout ce qui relève de la liaison, avant l'impact. Quand c'est parti, il est dans la même ''mouise'' que nous. Il n'a plus d'air pour parler et il pousse tellement que le cerveau n'est plus irrigué. Ce sont plus le 8 et le 9 qui commandent les opérations. Les secondes avant l'impact ont beaucoup d'importance. Les regards se croisent, on cherche celui de l'adversaire. On sent quand on l'intimide. La première mêlée est aussi très importante. Un pilier est anxieux jusqu'à ce moment-là. C'est notre fierté, notre truc. On ne se pardonne jamais de se faire défoncer en mêlée.


Je suis de nature un peu kamikaze et je pense qu'il faut être un peu tête brûlée pour jouer à ce poste. On s'y construit dans la souffrance. Il y a de moins en moins de monde qui aime souffrir, ou qui accepte de souffrir. Est-ce que je fais un métier à risques ? Oui, même si je pensais que c'était le ski qui était un métier à risque (NDLR, Sylvain Marconnet a subi une fracture tibia-péroné en mars aux sports d'hiver, une nouvelle qui a entraîné des commentaires acides sur sa responsabilité). Peu après ma blessure, ces sensations m'ont manqué. Quand j'ai repris les séances en salle, musculation et cardio-training, j'ai souffert à nouveau. Ça m'a fait du bien. J'y vais avec le sourire. C'est dans la souffrance qu'on existe dans le sport, au plus haut niveau. Je suis devenu pilier à l'adolescence parce que j'ai arrêté de grandir pour plutôt m'élargir. C'est venu comme ça, plutôt que par choix.»

_________________
Nicollin : Béziers? Il peut se carrer son rugby là où je pense.
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Le Forum des Biterrois ! Forum Index -> Rugby international -> Les équipes nationales All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  
Xooit.com :: Top Forums

Index | Administration Panel | Create a free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
[ Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group

Template RedBlack crée par SoSo : SoSophpBB

Reproduction INTERDITE